ATOMISTIQUE


CondamnéS, sont
enfants aux courS de joie
à cause deS coeurS de pierre
garde d'une balançoire, mais
Damnés l'eSpace d'un
instant, leur innocence
éclate de Soif puis s'étouffe
Joie .Une dernière fois juSte pour.
 
IlS ont souri dans la lumière
Mais pluS de joie.
Aux sourceS vides
Condamnés
le grand champignonS de feu
les a.
 
Etaient dans la lumière du flash
LeS a emporté,
le vent?
le vent! 
J'ai tout vu!
Sont-ilS?

MortS et vivantS?
dans la chimère d'une journée
sans lendemain, oui
les ai vuS
rire une dernière fois
Joie pourtant.

Loïc Fontaine, France


RETOUR