L'heure du feu pluie, nouvelles.



-- Léo et Éléonore sont de sortie --



Éléonore ? Qu'est-ce que tu fais encore ? Je veux dire
qu'est-ce que tu fais d'AUTRE que de te préparer ?
Tu le sais bien qu'on va être en retard. On a rencard à
"La Boustifaille" dans trente-six minutes et vingt-deux
secondes, non vingt-et-une.

- Papa, papa, combien y a d'étoiles en tout dans le ciel ?
C'est MAINTENANT que tu me demandes ça, depuis le fond
de ta chambre ? Alors que j'ai rendez-vous avec cette femme...
cette femme qui... que... bon, combien d'étoiles ?
- Mais qu'est ce que j'en sais, moi, ma puce? Je ne suis pas là-haut !
Ça y est, tu es prête ?
- Quoi ? TOI, tu sais pas ça ?!? Ben, alors, je viens pas !!!

Bon, je fais quoi ? Je lui donne un nombre fictif ? Allez, mettons
trois milliards huit cent quarante deux millions deux cent vingt trois
mille cinq cent quarante cinq.
J'ai honte. Mais imaginez, imaginez Anouchka en train d'ATTENDRE.
Vous n'avez jamais vu Anouchka, c'est pour ça que vous ne pouvez pas
comprendre.

Je ne m'en suis pas aperçu, mais Eléonore est là, devant moi, enfin
habill...
- ?!? Non, mais, ma puce, tu ne comptes pas sortir avec ton pyjama
SOUS ton manteau, c'est une farce ?!?
- MAIS !!! L'autre jour, on a fait une soirée pyjama avec toutes mes
copines, et maman, ELLE, elle voulait bien, d'abord !
- C'est pas pareil.
- POURQUOI c'est pas pareil ?
- Parce que nous, on va dehors !
- Moi AUSSI, je suis allée dehors, puisque c'était chez Lorraine !
C'est normal, cette pulsion d'avoir envie d'enrouler (avec amour)
un rouleau de chatterton autour de la bouche de sa propre fille, ou
bien il faut que j'aille consulter ?

- Ma puce ?
- Quoi ?
- Dans le ciel, il y a 3.842.223.545 étoiles. Virgule 5, parce qu'il y
en a
une qui est juste en train de s'allumer ce soir. Si tu es prête dans
moins
de trois minutes et vingt-six secondes, on la verra dans la rue, sinon,
elle
passera sous l'horizon et tu ne la verras plus JAMAIS.
- Bon.
Des bruits encourageants, j'ai l'impression qu'elle vient de passer
à la vitesse supérieure.

Dix-neuf minutes et seize secondes.
Anouchka en train de faire le pied de grue devant "La Boustifaille",
c'est comme un foulard de soie qu'on laisserait s'effilocher au vent.
Tous les mecs vont devenir fous en la croisant, ils vont me la prendre,
ils arracheront chacun un petit bout d'elle, et elle, elle ne dira rien,
elle
se laissera faire, rien que pour se venger de mon retard.
Quand j'arriverai enfin, il n'en restera plus rien, tellement elle est
belle.
Ils auront tous signé, un par un sur son écharpe qui aura chu à terre,
histoire que je sache quels noms maudire jusqu'à la fin des temps.
Chaque soir, je me réfugierai dans mon bureau en ayant soigneusement
attendu qu'Éléonore dorme profondément (rapport aux traumatismes)
et je scanderai leus syllabes, forcément molles, cacophoniques
et du plus mauvais goût, puis je trépignerai sur le tapis en inventant
des injures (rapport au défoulement), où la zoologie le disputera avec
la souplesse péjorative du corps de mes rivaux potentiels , exactement
comme j'ai lu dans la rubrique "affirmation de soi" de "Men"s Health".

Onze minutes et trente-et-une secondes.
Ah, là, je dois avouer qu'elle a fait un effort, ma fille. Ensemble
bleu,
joli chouchou bleu dans les cheveux, ongles bleus... ONGLES BLEUS ?!?
- T'étais obligée, ma puce ? VRAIMENT obligée ?
Elle tend sa main devant elle.
- Mais c'est TROP beau, non ? J'ai lu ça dans "Julie", et puis on sort
donc faut se faire beaux, non ? D'ailleurs, faut que je sauve l'honneur
de la famille, parce qu'entre nous, hein, papa...
- Quoi ? Qu'est ce qu'il a mon pantalon de velours ? Il date de 1990,
d'abord, tu étais PRESQUE née, ça prouve qu'il est bien, non ?

Quatre minutes et cinquante-six secondes.
Éléonore s'est accroupie devant moi, avec l'air de ne plus jamais
vouloir
bouger, à moins d'une explosion intégrale du globe terrestre.
- Qu'est ce qu'il y a ?
- Pourquoi elle a un nom pas normal ?
- Comment ça un nom pas normal ? C'est quoi un nom normal ?
- Ben, j'ai essayé plusieurs fois de le prononcer et j'y arrive
pas. C'est pire que les divisions avec les retenues.
- Bon, je vais t'apprendre, d'accord ?

Sept minutes et douze secondes (de retard).
Je tourne autour de "La Boustifaille". Personne. La rue est vide,
mon esprit est vide, l'univers est vide. Merde. Un Frou-Frou de
biche nappé de sauce diable, non, elle n'a pas pu rater ça, ce n'est
pas son style.
Elle est malade. Elle a eu un accident. En ce moment, elle est aux
urgencesen train de psalmodier amoureusement mon nom. Je viens,
j'arrive, je cours, je...
- Tu sais ce que ça veut dire "poser un lapin", papa ? Dans "Julie",
j'ai
lu des histoires HORRIBLES qui...
On lit beaucoup trop de magazines, dans cette famille. Dans "Men's
Health"
ils disaient ce mois-ci que c'était un syndrôme d'abandon et de besoin
d'
appartenance au groupe.
Seule la sonnerie de mon portable me retient de couler doucement
dans le caniveau jusqu'à la mer.

- Papa, t'as un message ! C'est peut-être elle qui te dit adieu ?

Juste avant de consulter ma messagerie, je cherche fugitivement
dans ma mémoire si je n'aurais pas vu dans "Paris Boom Boom" une
annonce pour un atelier longue durée de plongée sous-marine pour les
enfants de 8 à 10 ans du côté de Vladivostok.
"Léo, je me suis dit que ce serait plus sympa de laisser tomber les
manières et de venir chez toi directement. J'ai TELLEMENT envie de
rencontrer enfin ta fille, ce serait plus intime pour faire
connaissance, non ?
Je t'attends à l'entrée de ton immeuble".
- Tu vas casser la voiture, papa, elle ne t'a rien fait !!!

- Tiens, regarde papa, j'ai trouvé la nouvelle étoile, je ne l'avais
JAMAIS vue, celle-là, elle est vraiment pas pareille, tu crois qu'on
pourrait l'appeler Anouchka ?
Elle a prononcé le nom sans aucune hésitation. Je suis fier d'Éléonore,
quand elle veut, elle apprend très vite.
Tranquillement, je passe la troisième.

12-04-2002


Vers l'accueil des nouvelles


-----