~ Demain à quatre temps ~


* :
"Ca balance comme un coeur en chamade; comme un roulis de vent sur la
coque d'une voix.
C'est très doux, mes cheveux me coiffent le visage, le mouvement du
sang battant les tempes du ciel.
Un coeur sur la poitrine, une poitrine sans coeur, chassé croisé de
pieds. Le monde vole d'herbe en ciel."

** :
"Demain s'attend la main posée sur le poteau, sous l'aigu d'une vie qui
chante son danger. Oser, enfin oser.
Sous l'oblique ombré d'un poteau fasciné. Ton mouvement obsédant, le
pendule d'un temps suspendu.
Je vois ton ombre qui signe "Vis" entre quatre points d'exclamation. Et
ta bouche souffle "vas-y" sur ma main de muette.
Demain se désapprend. J'en oublierais l'oubli."

*** :
"Mon corps est une paume, écrasé de mouvance. Le soleil me lèche et je
piétine les sèves. Meilleurs que les repas d'épinard sans crème et de
jus d'orange tiède qu'on nous sert à midi.
J'aime pas les épinards.
Et je leur ai déjà dit que les anges d'or sont fraisÍ comme le premier
matin du monde."

**** :
"Une dernière lancée. Encore une fois maman. Regarde-moi maman. Regarde
depuis là-bas. De notre jardin d'avant. Regarde, je suis là. Je vis
maman, je vis.
Ici, pas de piqures, pas de mélancolie, pas de tic tac glacé d'un
réveil mal-veillant. Pas de blouse trop blanche et de sourire peiné.
Pas de promesse sucrée comme un dimanche sans jeux.
Pas de couloir sans fin, d'ascenseur mal au coeur.
Pas d'odeur immobile qui chatouille le nez
Pas de tube jusqu'au ventre
Pas de crayon dessinant ton absence

Ici, demain se danse
et l'été nous grandit."

Florence Noël, Belgique


D'autres écritures à partager sur l'âme de fond, site de Florence/


RETOUR