- L'heure du feu pluie, nouvelles

- Esprits dans la nef --



- Si vous saviez comme il est difficile d'atteindre le registre de
bord...

- Que voulez vous dire ?

-... C'est que...vous n'êtes pas prudent d'être sortis par ce temps !

- Pourquoi ?

- Cela rend les mouvements... difficiles. Le tangage, le roulis.

- À cause de la mer, n'est-ce pas ?

- Oui, exactement. À cause de la mer.

- Pourquoi tenez-vous tant à atteindre le registre de bord ?

- Parce que mon nom n'y est pas marqué. C'est une erreur. Il devrait
y figurer. Et puis, il y a cette pente...

- Cette pente ?

- Oui, avec la taille des vagues, le bateau non seulement bouge, mais
il est en pente.

- Mais alors, en toute logique, s'il est en pente, le registre de bord
devrait
venir jusqu'à vous, par la simple loi de la gravité, ne croyez-vous pas
?

- C'est mon nom qui doit monter. Le registre, lui, ne bouge pas. Il
est la seule
chose qui soit stable à bord. Le registre et les étoiles. Les deux
seuls
repères.

- Et quand vous aurez inscrit votre nom ?

- Alors, la nef changera. Vous ne serez plus là.

- Où serai-je ?

- Je n'ai pas encore décidé dans quelle nef.
En tout cas, ce sera un bateau qui aura un registre où manquera
votre nom. Mais j'aurai laissé l'initiale... parce que je sais trop
ce que c'est pour vous infliger un effacement total.

- Et vous ? Où serez-vous ?

- Moi non plus, je ne serai pas à bord. Je serai dans l'arbre
dont on a fait ce bateau. Et aussi le papier du registre, si vous y
réfléchissez bien.

- Au revoir, monsieur Bosch. Je crois que vous n'êtes pas
malade. C'est bien ce qui m'inquiète. Oh ! Au fait !...

- ... Oui, docteur ?

- Avant de partir, n'oubliez pas de signer.

10-05-2002


Vers l'accueil des nouvelles


-----